Rituel Madagascar

1027

Le Masonjoany : une tradition malgache et ou un rituel de beauté ?
Depuis toujours les femmes Sakalava de Diego ou de Nosybe ont pour habitude d’appliquer le Masonjoany que l’on surnomme le Tabaky, qui est confectionné à partir de l’aubier (partie de l’arbre juste sous l’écorce, généralement tendre et blanchâtre) de deux arbres, le Masonjoany et le Fihamy (ou Aviavy).

Le procédé de fabrication est simple : les femmes frottent un petit morceau d’aubier contre une pierre plate tout en ajoutant quelques gouttes d’eau jusqu’à obtention d’une pâte. Elles prélèvent ensuite de cette préparation avec un bâtonnet et dessinent des motifs sur leur visage.

Certaines en appliquent sur tout le visage, en évitant le contour des yeux, d’autres n’en mettent que sur le front, les joues ou le menton.

Le Tabaky s’utilise pour masquer les imperfections ou réguler une peau grasse, ou encore à des fins esthétiques. On peut aussi rajouter d’autres ingrédients, ce qui multiplie à l’infini les possibilités d’association de formes, de couleurs et de textures.

Ça ne s’arrête pas là, car les femmes malgaches ont intégré dans leur mode de vie quotidien l’application de ce masque miracle pour en faire le symbole traditionnel des femmes de l’Ouest et du Sud.

Aujourd’hui durant des cérémonies traditionnelles, il n’est pas rare de voir des femmes avec un masque masonjoany sur le visage, que cela soit une élection Miss Madagascar où les femmes Sakalava s’habillent traditionnellement pour représenter leurs régions ou encore lors d’un enterrement.

C’est même devenu un phénomène de mode adopté par les jeunes femmes, on retrouve souvent sur la plage de Nosybe, des personnes qui se spécialisent dans l’application de ce masque, en utilisant des motifs floraux mélangés avec des petits points serrés comme une sorte de «painting face».

Au fil du temps, le Masonjoany est non seulement devenu le symbole traditionnel des femmes Sakalava, mais est aussi considéré aujourd’hui par les nouvelles générations comme un mode évolutif du « painting face » malgache afin de profiter de ses bienfaits cosmétiques.